Bach-Hus

Bach-Hus

[:fr]

De Jean Sébastien Bach à Walter Hus

Les musiques de Jean-Sébastien Bach et de Walter Hus ont été composées en des temps bien lointains et des circonstances fort différentes, les voir cohabiter dans un même programme ne manque pas de surprendre… Pourtant, au-delà du jeu de mots pas innocent Bach-Hus ( qui sera le prétexte à la dégustation d’un petit verre de vin !), le Quatuor Béla nous propose une rencontre pleine de sens.
Entre le minimalisme ultra-rythmique du Quatuor Five to Five écrit par le Belge contemporain Hus pour un défilé de mode et la savante simplicité de l’Art de la Fugue du grand maître de Weimar, une même efficacité dans l’utilisation d’un matériau musical rudimentaire. A travers les âges, ces deux compositeurs se retrouvent sur un autre point : la volonté, modeste et noble, de rendre à la musique sa valeur fonctionnelle, car si Bach a écrit la plupart du temps pour les offices religieux, Hus, lui, met ses œuvres au service de manifestations quotidiennes et populaires.
L’art pour l’art ou l’art destiné à rassembler la communauté, voilà une grande question dont on pourra débattre à l’issue du concert, autour du verre de l’amitié !

Programme

  • Jean Sébastien BACH L’Art de la fugue pour quatuor à cordes (extraits), 12’
  • Walter HUS Müürwerk pour trio à cordes, 15’
  • J.S. BACH Largo de la 3ème Sonate pour violon solo, 3’
  • W. HUS Cadenza pour violon solo, 13’
  • J.S. BACH Variations « Golberg »  pour trio à cordes (extraits), 10’
  • W. HUS Five to Five pour quatuor à cordes,12’

QBela_Peinture_Bacchus_Jan van Dalen_1648

Première

Le 20 septembre 2008 à l’Espace Malraux, Scène nationale de Chambéry

Production

L’Oreille Droite – Q. Béla
Ce concert reçoit le soutien de Musique Nouvelle en Liberté

Médias

Revue de Presse (PDF)
Vidéo (MTV Liban)


Dates


      [:]

      Machina Mémorialis, avec les Rémouleurs

      Machina Mémorialis, avec les Rémouleurs

      … Projections sonores et visuelles d’un souvenir …

      Anne Bitran, artiste visuelle, a imaginé un spectacle sur le souvenir. Par l’étrangeté quelle insuffle à de petits films familiaux d’apparence anodine, elle nous plonge à l’intérieur d’un cerveau qui se rappelle… A nouveau, elle donne à la musique une place privilégiée, en s’associant à nous pour tisser la trame de ce nouvel opus.

      MACHINA MEMORIALIS est une nouvelle occasion pour le quatuor Béla, de donner à entendre les versants les plus inattendus de son répertoire. La plus grande partie de la musique du spectacle a été composée spécialement par Albert MARCOEUR, avec beaucoup de poésie, d’empathie avec les images d’Anne et un immense respect des quatre instruments. Mais les fans de MARCOEUR reconnaîtront également ses libres transcriptions de musiques plus anciennes : « Micheline », « Le Tourniquet », et « Cher Roger », la très belle transfiguration du mouvement lent du quintette à cordes de Schubert …

      Enfin, en manière de prologue, le quatuor Béla a choisi d’interpréter « Objets Perdus », du compositeur canadien John REA .


      QBela_Machina Memorialis_Les Rémouleurs1

      Distribution

      De et mis en scène par Anne BITRAN
      Assistante à la mise en scène Bénédicte OBER
      Composition musicale Albert MARCOEUR
      Le QUATOR BÉLA
      Création lumière Hervé FRICHET et Benoit AUBRY
      Ingénieur du son Emile MARTIN
      Scénographie Denis MALBOS
      Cie les Rémouleurs

      Création

      Février 2008, au Théâtre du Chaudron

      Médias

      Articles de Presse (PDF)
      Vidéos
      Le site de la Compagnie les Rémouleurs


      … Projections sonores et visuelles d’un souvenir …

      Anne Bitran, artiste visuelle, a imaginé un spectacle sur le souvenir. Par l’étrangeté quelle insuffle à de petits films familiaux d’apparence anodine, elle nous plonge à l’intérieur d’un cerveau qui se rappelle… A nouveau, elle donne à la musique une place privilégiée, en s’associant à nous pour tisser la trame de ce nouvel opus.
      MACHINA MEMORIALIS est une nouvelle occasion pour le quatuor Béla, de donner à entendre les versants les plus inattendus de son répertoire. La plus grande partie de la musique du spectacle a été composée spécialement par Albert MARCOEUR, avec beaucoup de poésie, d’empathie avec les images d’Anne et un immense respect des quatre instruments. Mais les fans de MARCOEUR reconnaîtront également ses libres transcriptions de musiques plus anciennes : « Micheline », « Le Tourniquet », et « Cher Roger », la très belle transfiguration du mouvement lent du quintette à cordes de Schubert …

      Enfin, en manière de prologue, le quatuor Béla a choisi d’interpréter « Objets Perdus », du compositeur canadien John REA .


      QBela_Machina Memorialis_Les Rémouleurs1

      Distribution

      De et mis en scène par Anne BITRAN
      Assistante à la mise en scène Bénédicte OBER
      Composition musicale Albert MARCOEUR
      Le QUATOR BÉLA
      Création lumière Hervé FRICHET et Benoit AUBRY
      Ingénieur du son Emile MARTIN
      Scénographie Denis MALBOS
      Cie les Rémouleurs


      Création

      Février 2008, au Théâtre du Chaudron


      Retour sur le Coissard Balbutant avec Jean François vrod

      Retour sur le Coissard Balbutant avec Jean François vrod

      [:fr]

      … Rencontre entre un quatuor de musique contemporaine et un musicien traditionnel improvisateur, Jean-François Vrod …

      « Retour sur le Coissard Balbutant » est un concert parlant, où se mêlent des musiques improvisées, traditionnelles, écrites et un texte. Celui-ci, sorte de fable moderne, retranscrit les observations alarmistes d’une petite frange de la communauté scientifique sur les perturbations migratoires d’un oiseau  : le coissard balbutant. Ces perturbations sembleraient, de plus, causer des troubles avérés au sein des sociétés humaines… ?
      Il a suffit (mais est ce l’expression juste ?) que chacun de nous en vienne, suite à son parcours, sa pratique, ses envies, à se poser au même moment la même question, quelle musique suis-je capable d’inventer ?
      Ensemble, (Peut être parce que nous nous sentions plus fort !), nous avons tenté d’y répondre, en cela finalement assez fidèles à nos traditions respectives qui toutes deux finissent par interroger l’interprète sur ses propres capacités à fabriquer du discours musical.
      Quelle est donc cette musique qui n’appartient qu’à nous, issue de notre rencontre, qui soit témoin fidèle de ce que vivons, ressentons, aimons ou critiquons du temps d’aujourd’hui ? Après nous être accordés sur ce protocole de départ, nous avons pétris, échangé, improvisé, enregistré, gardé, jeté, écrit, dessiné, bref utilisé tous les moyens à notre portée, afin de mettre à jour un possible «Objet du désir»!
      A un exclusif monothéisme artistique, nous avons préféré garder nos oreilles ouvertes, curieuses et exigeantes. Alors dans ce concert, nous avons juxtaposé des pièces du répertoire classique, des improvisations, des compositions, des mélodies traditionnelles avec un texte écrit par nous, sorte de parabole du monde civilisé contemporain. Tout cela coexiste harmonieusement dans nos têtes et vient combler notre envie première. Finalement, nous n’avons pas réinventé la musique (Qui pourrait prétendre le faire ?), nous avons simplement accepté de rêver la nôtre.
      Retour sur le Coissard Balbutant…, vulgaire moineau, mouette rieuse, chouette chevêche? Nul ne le sait… Gardien volant de vérités précieuses? Pour qui voudra l’écouter…


      Affiche_Coissard

      Création

      Aout 2007, le festival les Nuits d’Eté
      Publication du disque chez Béla Label, le 16 décembre 2011 (distribution Mustradem)

      Production

      Le Quatuor Béla, sur une commande du festival les Nuits d’Eté.
      la diffusion de ce concert a reçu le soutien de l’ADAMI

      Médias

      Le disque
      Pour se le procurer : Mustradem

      Revue de presse (PDF)
      Musique
      À propos de Jean-François VROD


      Dates

      Ce concert, né au festival les Nuits d’Eté, a été joué à Auditorium Saint Germain à Paris, à l’Espace Culturel André Malraux du Kremlin Bicêtre, au Forum du Blanc Mesnil, à la Comédie de Clermont Ferrand, à la Scène Nationale de Foix, au Théâtre Charles Dullin et en décentralisation à Chambéry, à la CCAS, à la Salle Molière à Lyon, au Conservatoire de Calais, au Festival de Chaillol …


      [:]