Quaoar

… ou le chant primordial …

Dans son quatuor à cordes, Frédéric Aurier redonne vie à la mythologie de Quaoar, Déesse amérindienne qui créa le Monde en chantant et en dansant.
Porté par cette image d’un chant qui construirait l’espace, le quatuor Béla explore les possibilités d’une lutherie amplifiée qui spatialise les sons et sculpte le discours.
La quête de ce chant des origines a toujours traversé et nourri l’imaginaire des créateurs :
Béla BARTOK, nourrissait ses compositions de traditions ancestrales jusqu’à une fusion inextricable.
Kaija SAARIAHO, dans son célébrissime quatuor « Nymphéa », nous maintient délicatement sur la frontière entre matière sonore brute et construction musicale.
Un concert qui déplace l’écoute et nous plonge aux racines de la « mélodie de l’Homme ».
« QUAOAR, divinité d’Amérique du nord, a façonné le monde par sa danse et son chant. D’abord le Père Ciel, puis la Mère Terre, etc…chaque nouvel arrivant se rajoutant au choeur afin d’amplifier la Création. Nous pouvons peut-être entendre les échos de ces chants, en tous temps et tous lieux, dans le monde qui nous entoure comme en nous. Cette belle cosmogonie sera l’argument de la pièce que j’écrirai. Ce chant qui a su organiser l’espace me paraît être un bel argument pour explorer de nouvelles technologies de diffusion du son… »
Frédéric AURIER

Programme

Kaija SAARIAHO, Nymphéas
Béla BARTOK, Quatuor no. 3
Frédéric AURIER, Quaoar

Création

Création le 2 avril 2011 au GMEA, reprises le 12 février 2012 au CCN de Belfort (le Salon de Musique en Franche Comté), le 24 mars 2012 à la Scène Nationale de Chambéry

Production

Quaoar est une commande de l’État et du GMEA
Spatialisation du son Benjamin Maumus / GMEA – Centre National de Création Musicale d’Albi-Tarn
Dispositif d’interaction Julien Rabin / GMEA – Centre National de Création Musicale d’Albi-Tarn